Litchfield Café 328During my stay in Litchfield National Park, the humidity dropped drastically to a pretty unusual 5%, the temperature was high and the wind strong, which made the Northern Territory fire commissioner to raise the fire alert to catastrophic (the highest level of the fire risk scale). And then fire happened everywhere around Darwin. It burned a mango orchard to the ground and destroyed two unoccupied dwellings around Katherine. It also burned in the Litchfield National Park and came very close to burning the Café I was working for: as close as a couple hundred meters, actually. So alert was given, and I was ready to fight my very first Australian bushfire (or for being true, my first any kind of fire).

First thing first, we prepared our backup plan: flee. Put all your belongings in a van, park it ready to go. For it we cannot win the battle against the fire, we need not to lose any minute before getting the hell out of there. Second: dress appropriately with long pants and sleeves to avoid being burned through the fire radiation. Third: start a backfire.

Litchfield Café 323Australian bush fires are huge and uncontrollable: 30 km wide for ours. You do not try to extinguish this kind of fire for it cannot be done. You would just try to prevent it from damaging any property or killing any person. This is done by starting backfire, for what is burned cannot burn anymore.

  1. Create a dirt barrier : use an access road and turn over the dirt to get rid of all the grass that could burn and help the fire to cross
  2. Light the grass and dry trees and count on the wind to push the fire you just lit away
  3. Extinguish all the small flames that burns toward the dirt barrier

The backfire will burn the nature around the property you want to save and the wild bushfire will not be able to come any close…

 

Fire is part of the natural cycle in the Northern Territory and many other parts of Australia. Even though it looks desolated and dead afterward, a good fire is essential for the nature to restart growing.

 

 

Litchfield Café 364

Pendant mon séjour au parc Litchfield, l’humidité est tombée à un niveau assez inhabituel de 5 %, la température était très élevée et les vents forts, ce qui a décidé le comité incendie a élevé l’alerte de vigilance au plus haut niveau : catastrophique.

Et puis les feux ont pris un peu partout autour de Darwin. A Katherine un incendie a ravagé une plantation de Mangue et détruit deux habitations inoccupées. Ca a aussi brulé dans le parc Litchfield.

L’incendie est venu très près du café : environ 200 mètres. L’alerte a été donnée et je me suis préparé à combattre mon premier feu de bush australien (et mon premier feu tout court par la même occasion).

 

Tout d’abord il faut preparer le plan B : la fuite. Mettre ses affaires dans un véhicule parqué prêt à partir. Car si on ne peut stopper l’incendie il faudra partir sans perdre de temps. Ensuite, il faut se vêtir correctement : manches et jambes longues pour éviter les brûlures par radiation. Enfin, il faut allumer un contrefeu.

 

On ne combat pas un feu de forêt en Australie comme en Europe, le feu y est trop important (30 kilomètres de front dans le cas présent), trop violent, trop incontrôlable. On ne peut pas l’éteindre il faut donc l’empêcher de s’approcher des habitations. Ceci ce fait en allumant des contrefeux tout autour de ce qu’on veut protéger.

 

  1. Créer une barrière : on utilise u chemin d’accès en terre en prenant soin de retourner la terre pour éliminer l’herbe qui y aurait poussé.
  2. Allumer le feu : on brûle les hautes herbes et on compte sur le vent pour pousser le contrefeu
  3. Eteindre les petites flammes qui brûlent vers la barrière

 

Le contrefeu va brûler toute la nature autour de la propriété à conserver, et le feu de bush “sauvage” ne pourra pas s’approcher: car se qui a brûler ne peut pas rebrûler…

 

Le feu est une constante naturelle de la vie dans le territoire de nord et dans la majeure partie de l’Australie. Même si la nature apparait délabrée et morte, le feu est essentiel pour que la nature redémarre de nouvelles pousses et ne s’étouffent pas elle-même sous ses vieux arbres.